Affaire de paysageJournal de résidence

Etat des lieux

Séminaire "Les signes de l'urbanité en milieu rural"

La question est :
Le paysage "urbain" du village des Arques.

La question est dans une forme plus ouverte :
Les signes de "l'urbanité" en milieu rural, l'identité spécifique des Arques.

Des créateurs rassemblés pour tenter des réponses.
Sensibilités et compétences différentes.
Sans recettes, sans préjugés, la disponibilité est l'attitude nécessaire.

Pourquoi, comment, dans quelle direction agir.
Des éclairages sont indispensables.
C'est la raison pour laquelle un séminaire-débat est proposé au tout début de cette résidence.

Deux journées pour : informer, observer, réfléchir, programmer.

Questions :
Quel est le devenir d'un paysage qui porte les traces encore visibles de l'activité agricole ?
Quels usages et quelles lectures pour un paysage partagé par divers groupes humains ?
Quel peut-être le rôle des acteurs professionnels de l'aménagement ?
Les artistes et le paysage : perception nouvelle du paysage ?
Le projet de design et le paysage rural ?
Le principe de ce séminaire sera d'approfondir ces questions afin de proposer, à chaque résident une base de réflexion large mais commune offrant à chacun la possibilité de s'engager dans un travail, dont la spécificité lui appartient, en réponse à la question posée.

Marc Charpin, juin 1996

Restitution des travaux du séminaire

"Les signes de l'urbanité en milieu rural"

19/11/2009

Une résidence pour un paysage

Le programme de recherche, pour la résidence de l'été 1996, défini conjointement par les "Ateliers des Arques" et le conseil municipal concerne le paysage urbain et l'aménagement des espaces publics. Un séminaire-débat a été organisé, auquel ont participés des intervenants, les résidents, les membres de l'association, les élus de la commune et le public.

Le compte-rendu de ce séminaire est accessible dans la rubrique "téléchargements".

Séminaire design

Documents accessibles dans la rubrique "téléchargements"

Affaire de paysage

Du 15 Mars 1995 au 24 Août 1996

Marc Charpin, sculpteur et professeur aux Beaux-Arts de Saint-Etienne

Présentation

Les Arques, c'est un petit village du Lot qui, comme beaucoup de villages, perd peu à peu ses habitants.



Il a des maisons habitées par des gens du pays. La plupart sont âgés.

Il a des maisons rénovées dont certaines sont devenues des résidences secondaires.

Il a des maisons vides, souvent en mauvais état. Quelques unes menacent de s'écrouler.

Il y a, au centre du village, une belle église romane, aux volumes bien dessinés, qui a été restaurée avec sobriété.

Il y a, en bas du village, l'ancienne école transformée en café-restaurant.

La mairie est au centre, sur la place, à proximité de l'église.

Il y a, tout près, dans la continuité de la place, ancrées sur des socles très bas, cinq ou six sculptures traversées de vide. De taille humaine, parlant d'humanité. Ce sont des bronzes à la patine discrète, aspect mat, gris bleuté. Une seule est en pierre, grise figur féminine à peine sortie du bloc érigé.

Ce sont des oeuvres d'Ossip Zadkine, l'un des artistes fondateurs de la sculpture moderne. Ces sculptures annoncent ou prolongent le musée installé dans la grange-atelier que le sculpteur a occupé pendat une trentaine d'années.

Dans sa grande simplicité ce musée évoque par son aménagement et les oeuvres qu'il contient (grandes figures taillées avec une certaine rusticité dans des troncs issus de la forêt voisine, entre autre), une vie de travail partagée avec un lieu, avec des gens.

De son vivant, Zadkine a agit pour la restauration de l'église. Plus tard deux de ses oeuvres y ont été installé avec justesse, un grand Christ en bois qui accentue la verticalité du mur auquel il est fixé et dans la crypte, une piète dont le bois travaillé est recouvert de tons assourdis de blanc et de gris.

La présence de ces oeuvres dans ces lieux (signes justes ou discrets d'un accord inattendu entre deux cultures) est sans aucun doute l'origine des "Ateliers des Arques", association dont le but est de développer une activité culturelle en organisant, depuis 1988, des résidences de créateurs de toutes disciplines.

Par la suite, dès 1994, la nécéssité d'une structure plus élaborées et d'un impact plus concret sur le village lui-même ont quelque modifié le sens et les objectifs de ces résidences. Il s'agissait, dès ce moment, de centrer les activités de celle-ci sur des demandes précisemment formulées.

C'est donc dans ce contexte que le projet de réhabilitation du presbytère et des cinq maisons qui appartiennent à la commune à vu le jour. Sa réalisation est prochaine et deviendra le lieu physique des résidences aux Arques.

L'un des mérites de ce projet est d'introduire, dans la suite des traces modernes laissées par Zadkine, une image contemporaine dans ce tissus ancien et rural.

En 1995, la demande porte sur l'image institutionelle des "Ateliers des Arques".
La responsabilité de ce projet a été confié à Enric Franch, designer et graphiste catalan, qui a proposé un séminaire-atelier avec la participation des étudiants du centre de recherche design des Beaux-Arts de Saint-Etienne. La structure de ce séminaire devait s'appuyer sur sa propre expérience méthodologiquede conception, en poursuivant un double objectf :
a- analyser les bases programmatiques de la demande, établir un processus de travail et faire aboutir un projet susceptible de répondre aux différentes situations de communication.
b- explorer les phases de la démarche dans leur dimension pédagogique et critique.

Cette expérience menée aux Arques, prolongée à Saint-Etienne, conclue à Barcelone, conduite ici et là, par Enric, homme de méthode et de rigueur, a mis les étudiants qui ont accepté la règle du jeu, en situation de vivre une avanture plastique, débarassée d'habitudes et de préjugés.

Ils ont trouvé dans la méthode proposée, la capacité de développer ce projet etconcrétiser, par un travail plastique mesuré, la réponse la plus juste. Ils ont acquis la rigueur indispensable pour écarter, au fur et à mesure, toutes les sollicitations parasites au processus engagé.

Le caractère analytique de cette démarche, lisible dans sa totalité de son déroulement, contribue à renforcer et à clarifier les orientations définies par les "Ateliers des Arques" particulièrement en ce qui concerne les relations entre les activités projetées et le milieu auquel elles s'adressent.

Le programme de recherche, pour la résidence de l'été 1996, défini conjointement par les "Ateliers des Arques" et le conseil municipal concerne le paysage "urbain" du village dans le prolongement de la réalisation de la résidence.

Cette demande recouvre des questions qui nécessitent des clarifications.

C'est pour cette raison, que dès l'ouverture de cette résidence, il sera proposé un bref séminaire-débat au cours duquel des intervenants participeront avec les résidents, les membres de l'association les "Ateliers des Arques" et le public, dans le but d'élargir cette notion de paysage, (dans sa dimension socio économique, historique, poétique) de préciser des orientations et d'établir une plateforme de travail aussi large que possible qui offre à chacun la possibilité de répondre suivant ses compétences et sa sensibilité, dans le cadre de la question posée.

Les bases de la réflexion pourraient se formuler ainsi :

Les signes de "l'urbanité" en milieu rural et l'identité spécifique des Arques.

La résidence rassemblera différentes disciplines, (designers, architecte, artiste, photographe, dessinateur) il est donc probable que la notion de pluridisciplinarité soit un atout important, qu'il s'agisse de juxtaposition, de complémentarité ou de déplacement d'un langage vers un autre langage.

Sans préjuger des résultats qui seront obtenus au terme de cette résidence, on peut penser qu'ils viendront grossir le patrimoine culturel des Arques, contribuant ainsi à l'affirmation de l'identité nouvelle du village qui s'édifie peu à peu, depuis le début.

Les propositions à venir prendront nécessairement des aspects variés, (théoriques et/ou pratiques, fonctionnels et /ou plastiques).

Elles devront trouver leur plae dans cettemémoire collective pour devenir les outils éventuels de réflexions ultérieures.

Certaines d'entre-elles pourront connaître des prolongements et des développements plus immédiats dans les réalisations qui, à terme agiront sur l'aspect physique du village.

Marc Charpin, 1996

Évènements

Concert de solistes Russes

5 Août 1996

Le Lundi 5 Août à 21h30, l'église Saint Laurent des Arques accueille pour un concert exceptionnel :

Miroslav Roussine au violon
Léonid Block au piano
Ilia Gringlots au violon
Ce trio de virtuoses interprète les oeuvres de Brahms, Paganini, Boccherini et Leclerc, Wienavski.
Miroslav Roussine et Léonid Block sont tous deux professeurs au conservatoire national de Moscou.
Ilia Gringlots est lauréat de nombreux concours internationaux.

Séminaire "Les signes de l'urbanité en milieu rural"

Résidence d'été 1996, sous la direction artistique de Marc Charpin

Du 9 au 10 Juil. 1996

Voir dans le journal

Restitution des travaux du séminaire

RÉSIDENCE D'ÉTÉ 1996, SOUS LA DIRECTION ARTISTIQUE DE MARC CHARPIN

9 Nov. 1996 → 10:00

Voir dans le journal

Séminaire design

19 Sept. 1995 → 16:00

Résidence d'été 1995, sous la direction artistique de Marc Charpin

Voir dans le journal

Les artistes

Dominique Barrière

Françoise Bernicot

Bertrand Voiron

Juliette Valéry

Robert Milin

Rémy Génevaux

Jean-Pierre Nouhaud

Bety Aligne

Jean-Pierre Tixier


Catalogue

Directeur de publication : Marc Charpin
Conception graphique : Design deux fois
Éditeur : Les Ateliers des Arques, résidence d'artistes
Imprimeur : France Quercy, Cahors
Format : 15 x 21
62 pages
Prix : 10 euros


Téléchargements